8 févr. 2007

Ma maison

Pas celle où je vis, non... L'autre, celle des jours heureux, de l'innocence... celle de mon enfance, de l'insouciance... celle de mes souvenirs...
Elle se dresse là devant moi, simple et belle, rassurante et accueillante, conciliante, patiente et convaincue de mes retours...
Aujourd'hui, je la vois différemment...
Encore assise dans la voiture, le moteur à peine coupé, la ceinture toujours bouclée, un flot de souvenirs déboule et me cloue sur place... pourquoi à cet instant ? Rien de bien particulier à signaler pourtant... Un jour somme toute très ordinaire... ma visite hebdomadaire...
La première photo qui surgit de ma mémoire est celle où mon front a embrassé fougueusement le mur de grés là juste en contrebas... j'avais 6 ans et plein d'élan, un brin de folie et une belle dose d'inconscience... rencontre choc entre ces murs et moi... le début d'une grande histoire d'amour...
Puis les diapositives se succèdent à un rythme effréné... "un film en super 8" dirait Jeanne...
Les premiers pas du petit dernier, le portique sur lequel l'ours au coeur d'artichaud s'exerçait au trapèze volant, la course aux oeufs de Pâques dans le jardin, les framboises, les groseilles, les cerises que l'on cueillait et qui n'avaient pas le temps d'arriver jusqu'à la cuisine, les crêpes et les confitures qui embaumaient la maison, la tarte au sucre du dimanche, la main énorme et rugueuse qui guidait mon crayon, des lèvres toutes douces qui me déposaient un baiser sur la joue alors que je faisais semblant de dormir, le feu qui crépite encore dans la cheminée, les veillées de Noël, les parties de jeux de cartes où menteurs et tricheurs se disputaient en riant, les discussions houleuses et les débats d'opinion autour de la table familiale, les barbecues improvisés avec les voisins, la caverne d'Ali Baba imaginée au sous-sol, les fêtes d'anniversaires dans le garage, le bureau avec ses livres, ses cahiers, le bachotage, la première fois dans cette chambre au 1er...
Ma chambre, celle qui m'a vu pousser, fleurir, rosir, rougir, mûrir, m'ouvrir... l'antre de mes secrets, les avoués avec le temps et ceux qui resteront à jamais cachés... mon repaire, ma bulle... celle où j'ai fabriqué mes plus beaux rêves...
Mais déjà la porte d'entrée s'ouvre. Les yeux embués, je chausse rapidement une paire de lunettes de soleil, je reprends mon souffle, affiche mon plus beau sourire, cherche ma voix la plus convaincante et descends...
- "Bonjour ma Chérie, tu es déjà là, tu as fait bonne route ?"
- "Bonjour Maman, comment vas-tu ? Oui, c'était parfait... merci..."

3 commentaires:

Benoît, FAPM member a dit…

Ca me fait penser à la chanson de Benabar sur l'agent immobilier, dans son dernier disque.
Très émouvant.

Bridget a dit…

Je ne la connais pas car je n'ai pas l'album mais je vais vite me la procurer alors ! Tu m'intrigues !
Merci... et je vais faire venir dès ce soir ton "bébé" ! J'espère qu'il se plaira ici au 87 ;-) !

Benoît, FAPM member a dit…

Il se plait partout où il est bien reçu :-)