26 mars 2007

Vivement dimanche !

Petit pincement au cœur aujourd’hui.
Juste un bus qui s’éloigne ce matin, sous le soleil levant, dans le froid et le vent. Direction un petit bled, quelque part dans le Jura.
7ans, 7h du mat, 7 jours : 1er départ, 1ère classe verte…
Une petite main s’agite : « à très vite hein ?» me dit-elle, et beaucoup d ‘autres choses encore…
Elle est souriante, fière sans doute… L’ambiance joyeuse du groupe a balayé ses craintes et inquiétudes… Un peu moins les miennes !
J’ai soudain une furieuse envie de courir, de grimper les marches de ce bus, de la sortir vite fait de cet engin, de la serrer très fort et de lui dire « viens, reste, tu partiras la prochaine fois ! ».
Mais non, la raison reprend le contrôle de la situation… Je ne bouge pas… Le mien de regard ne doit pas vaciller, ne doit pas s’embuer…
Lui montrer avant tout à travers cette vitre que j’ai confiance en elle, qu’elle va s’en sortir bien sûr, qu’elle va vivre plein de moments magiques dans ce petit coin de montagne avec ces poneys, qu’elle va se fabriquer là-bas ses premiers souvenirs, rien qu’à elle, et qu’elle va la vaincre cette montagne… L’encourager à prendre son envol…
Première vraie coupure de ce cordon invisible, qui nous relie l’une à l’autre depuis le début. Nécessaire, et douce bien sûr…
J’ai quand même déposé quelques gouttes de mon parfum sur les peluches qu’elle a été autorisée à emmener, pour la rassurer, et parce qu’elle me l’avait demandé… J’ai ajouté une lettre, pour l’accompagner… même loin, ceux qu’on aime sont toujours là…
Des petits mots d’amour, rien qu’à nous, glissés au creux de son oreille, à l’écart des autres, juste avant de monter dans cette grande machine qui va l’emporter pour quelques temps… le temps qu’elle grandisse davantage, qu’elle se rende compte qu’elle peut vivre pour elle, par elle, que « Maman » ou « Papa » ne sont pas des buts en soi… et après tout cela, qu’il est bon de revenir parmi les siens pour partager avec eux ses aventures.

Je garde le sourire aux lèvres, lui souffle des tonnes de baisers aussi loin qu’elle puisse les recevoir, la petite à peine réveillée qui me prend la main… « ça va être long jusqu’à ce qu’elle revienne» me dit-elle… Le coeur se desserre, la gorge se dénoue, on reprend le chemin de la maison : « Ca va passer très vite, ne t’inquiète pas… »

12 commentaires:

Lulu a dit…

Et bien ! Tu as eu le temps de faire un petit texte ce matin !
Cela faisait un moment que je n'étais pas venue...
Très beau texte... comme d'habitude !
Effectivement... le plus beau cadeau que l'on puisse faire à ses enfants c'est de leur permettre de bien vivre sans nous...
Pas évident...
Vivement dimanche alors !

Bizz' !

raumine a dit…

Je me doute de la difficulté de laisser partir un ptit bout de 7 ans 1 semaine. C'est ce que je ressens toutes les deux semaines, quand je les quitte pour les amener chez leur mère. Mais tu verras que la semaine passe vite. Et quand elle reviendra en disant tout ce qu'elle a fait, tu verras qu'elle s'est bien amusée et que tu as été en partie oubliée pour la bonne cause : son épanouissement sans maman ni papa...
courage, ce n'est que la première fois

misska a dit…

Ton texte est touchant, comme beaucoup d'autres ici, c'est un petit bijou de bonheur et de sensibilité.
Je crois qu'on aimerait tous, quelques années plus tard, lire ce genre de texte écrit par une maman attentive...

Fishturn a dit…

Seule à la maison. Attention c'est là que tout remonte. Amitiées.

Bridget a dit…

@Lulu :
Merci d'être passée par ici Lulu :-)). Oui, rentrée à la maison à 7h30, j'avais encore un peu de temps... une grande pensée pour toi aussi en ce moment. Je t'embrasse.

@Raumine :
Merci pour ton petit mot. ce n'est pas tant de ne pas l'avoir ici une semaine (ça, j'ai pris l'habitude maintenant 1 semaine sur 2), c'est surtout le manque de contacts (on s'appelle tous les jours quand elles ne sont pas avec moi)... mais plus que 6 jours ;-) !

@misska :
Bienvenue et merci pour ton message ! Oh je suis loin d'être une mère parfaite tu sais (et heureusement il parait), mais j'ai eu un très bon exemple avec mes parents, alors j'essaie de retenir les leçons ;-)... Je vais venir faire un petit tour sur ton blog également...

@Fishturn :
Promis, je vais faire attention, merci ! Même si on ne contrôle pas toujours ses émotions... ;-)

bernard a dit…

toute l'inquiétude d'une mère pour ses enfants ...la première séparation est toujours difficile ..elle est bien jeune encore mais elle est entourée de ses petites amies et tout se passera très bien ....tu verras elle va te revenir enchantée de son séjour et en pleine forme ...
courage , je suis persuadé qu'elle va très bien .. et puis , un peu de patience , elle va revenir ..

Bridget a dit…

Merci Bernard pour ce petit mot. Oui, je suis persuadée aussi que tout se passe bien (...j'espère quand même qu'ils leur laisseront une petite lumière le temps qu'ils tombent dans les bras de Morphée ;-)!!!). Et l'air des montagnes, rien de tel... ça va swinguer à la maison la semaine prochaine !

Kiki a dit…

J'imagine déjà tout ce qu'elle va avoir à te raconter au retour! Sa petite bouille colorée par l'air de la montagne, tout excitée, elle va descendre du bus et..."Maman, Maman, tsé pas?! Ben avec ma copine on a vu...on a fait...on a dit....", de grands moments en perspective! Tu raconteras, hein?

4largo a dit…

As-tu droit au serveur vocal qui te file les infos de la journée ?

Moi c'était la semaine dernière, mon fils est rentré en disant : je serais bien resté une semaine de plus...

Bridget a dit…

@Kiki :
Rires... c'est une grande bavarde en plus !! Je sens que je ne vais pas pouvoir en placer une à son retour ! J'essaierai de retenir une ou 2 anecdotes oui :-) !

@4Largo :
Ah ces enfants, tous des ingrats LOL !! Mais c'est mieux comme ça :-)...
J'ai droit au serveur vocal comme toi : j'ai même eu la bonne surprise hier d'entendre sa petite voix, c'était chouette !

Hémi a dit…

Ah Bridget tu me fais pressentir les arrachements qui m'attendent, avec ma Grande, c'est déjà si proche. J'ai beaucoup aimé ce texte, je m'y suis vue à tes côtés, dans tes baskets même. PAs envie, moi, de la laisser partir, ma petite grande !

Bridget a dit…

Bienvenue Hémi ! Toutes les parents doivent en passer par là hein ? On n'a pas envie, mais on laisse faire quand même, pour eux.
Allez, je te serre les baskets :-) !