20 mai 2007

Laisse couler...


Quelques gouttes salées qui perlent aux paupières
Ondée du matin, rigoles nocturnes qui abreuvent la rivière
Lente et longue des larmes versées sur ta terre.
H2O épicée qui pimente l’histoire
De tout être qui s’éveille,
Dans ses rires, ses déboires
Qui arrose et ponctue son chemin, l’aguerrit
L’apaise, le soulage,
Mystérieuse, violente
Murmurante, infinie.
Bulles lâchées coulant sans prévenir
Quand les mots ne sortent plus,
Qu’ils cessent de rugir
Armes de défense, pacifiques, sans armure
Jetées au tout venant pour panser nos blessures
Elles sortent et se donnent, impudiques, mises à nues
Sont reçues, rejetées, essuyées ou bues
Comme le vin au calice, le partage est un baume
L’eau inonde de sens le parcours de chaque homme
Elle laisse s’échapper des morceaux de son âme
Grande et belle, ennoblie à la coupe des larmes
Aussi ne retiens rien lorsque tes yeux s’embuent
Que ta vue se trouble, que ton coeur n’en peut plus
Laisse venir et ruisseler cette pluie salvatrice
Pour diluer ta peine, laver tes cicatrices.

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Encore bravo pour ce texte Bridget...
Ne sais trop quoi dire.. Je maîtrise mieux le sujet que je ne sais en parler. ;-)

Et oui... chez moi les larmes viennent avant les mots. Cela me rappelle d'ailleurs l'émotion suscitée par un de tes textes lorsque tu me l'avais envoyé en dédicace...

Lulu

bernard a dit…

"Je chante et pleure, et veux faire et défaire,
J'ose et je crains, et je fuis et je suis,
J'heurte et je cède, et j'ombrage et je luis,
J'arrête et cours, je suis pour et contraire,

je veille et dors, et suis grand et vulgaire,
Je brûle et gèle, et je puis et ne puis,
J'aime et je hais, je conforte et je nuis,
Je vis et meurs, j'espère et désespère ;

Puis de ce tout étreint sous le pressoir,
J'en tire un vin ores blanc, ores noir,
Et de ce vin j'enivre ma pauvre âme,

Qui chancelant d'un et d'autre côté,
Va et revient comme esquif tempêté,
Veuf de nocher, de timon et de rame."

grand concours ....
chercher l'auteur ..
mises en jeu :
12 bouteilles de Dom Pérignon !!
pour de joyeuses libations
c'est à consommer sans modération ....
bonne soirée ...

Kiki a dit…

C'est que tu nous donnerais presque envie d'avoir la larme à l'oeil! N'empêche, en attendant c'est Kleenex qui s'en met plein les fouilles et, nous, on se mouille, bouh! ;-)

Bridget a dit…

@Lulu :
Tes larmes sont toujours sincères, ça je le sais ! Biz et à demain ma belle !

@Bernard :
Je ne connaissais ni le texte ni l'auteur, mais mon ami Google a eu vite fait de remédier à cette lacune... Résultat du concours lundi :-)... Merci pour la découverte et bonne soirée également.

@Kiki :
Bon, la prochaine note sera plus joyeuse, promis, voire complètement décalée, mais c'est la faute de Denis_m... à suivre...

elle a dit…

Bridge on no trouble water, ... les eaux où tu vogues se troublent.
Je suis revenue à bon port, les cales chargées des produits merveilleux du pays du soleil, où il ne pleut jamais ou si peu: les baronnies. Je range la maison, fais de la place, et t'invite à venir respirer le parfum suave enivrant des fleurs de lavande, goûter cette crème d'olive que j'ai découverte, et que je te servirai dans une petite assiette rare et délicate, dénichée chez paul judicone et martha rham; et nous goûterons quelques vins de là-bas, et y'a plein de rayon de soleil dans les malles que je ramène...

Bridget a dit…

@elle :
Quelle belle surprise et heureuse de te savoir de retour, de voir surtout que la traversée a été bonne et que la pêche a été fructueuse ;-) ! J'accepte en bloc et avec grand plaisir tes effluves de lavande, le grain de ta crème d'olive (et ça, c'est me prendre par le bout des papilles !!), la blancheur de ta porcelaine, l'arôme de tes vins et la chaleur de ton soleil... ça y est, j'y suis en provence :-)))...
A très bientôt chez toi donc !

4largo a dit…

Si la beauté du texte est proportionnelle à l'intensité des sentiments, tu dois avoir toujours bien mal... parfois.

Bridget a dit…

@4Largo :
Parfois... seulement... mais comme tout le monde non ? Merci Largo et bonne route demain !

denis_m a dit…

Encore de la très belle écriture, sensible et forte, je finirai par ces mots : larmes de croco... (c'était juste pour la rime) :-)

Bridget a dit…

@denis_m :
Tant que ce sont des larmes de croco, c'est rigolo ;-) ! Merci Denis.

@bernard :
Je viens de me rendre compte que je n'avais pas donné la réponse au concours... Vermeil... on fait comment pour les 12 bouteilles de Dom Pérignon, y a des amateurs par ici ??? :-)

Brigitte a dit…

J'aime. Et je vais totalement faire miens les mots suivants :

"Aussi ne retiens rien lorsque tes yeux s’embuent
Que ta vue se trouble, que ton coeur n’en peut plus
Laisse venir et ruisseler cette pluie salvatrice
Pour diluer ta peine, laver tes cicatrices."

Bridget a dit…

@Brigitte :
Bienvenue ici Brigitte et merci ! Je n'ai pas encore pris le temps de passer chez toi mais ce sera chose faite très rapidement :-).
Reviens quand tu veux.