21 sept. 2007

Libération

Onde sismique déferlante et ravageuse. Colère, cri, rage, expulsion chaotique.
Le corps-éponge boit-sans-soif se tord et dégorge le trop plein, la goutte qu'il ne pouvait plus absorber.
Panique et incompréhension. Les apparence souvent trompeuses sont mises à nu, la faiblesse démasquée dans un hurlement salvateur. Minutes écarlates et volcaniques mode no control .
L'accélération est brutale. L'oeil du cyclone se rapproche. L'aspiration inévitable.
Tourbillon enivrant : les neurones se percutent et explosent.
Observation hautaine de l'autre, le double, resté au sol, vidé et aplati.
Quelques secondes en flottement, un entre-deux cotonneux : la redescente des enfers.
Silence et ahurissement.
Libération. Survie.

4 commentaires:

Kiki a dit…

Oui mais moi quand je me mets en colère trop fort, ben, j'ai mal à la tête après, tu parles d'une libération! Belle éruption, Bridget, et je m'y connais en volcans! ;)

Bridget a dit…

@Kiki :
Ca, je n'en doute pas une seconde ;-) !! C'est vrai que le sang qui joue des maracas dans les tempes, ce n'est pas toujours des plus agréables, je te l'accorde :-) !

denis_m a dit…

ça gronde ici !!! :-)

Bridget a dit…

@Denis :
Hello Denis, ! Oh tu sais, un petit coup de tonnerre de temps en temps et ensuite, place au soleil :-) !