27 oct. 2008

En dessous

En dessous de dentelles Lola déambule
Rubans, satin, résilles enlacent de douceur
Son corps blanc qui ondule
Pénombre, reflets d’argent, pleins et déliés
Instant évanescent, elle s’arrête égarée
Par la fenêtre ouverte de son toit oublié
Un halo de lumière vient l’envelopper
La lune lui murmure, lui souffle son air léger
Caresse son épaule, sa gorge dénudée
Elle se penche et la cueille, la croque, l’engloutit
Se remplit de sa force
Transportée, elle sourit
A ce feu intérieur qui la gagne, l’envisage
La remplit d’ivresse pure, de folie, de mirages
Elle s’offre sans bruit ni mot au plus clair de la nuit
Chevauchée irréelle, chair et ciel réunis
Dentelles et soie sauvage retirées, mises à mal
L’astre doré s’éclipse, emportant dans sa toile
Un peu de sa candeur, quelques notes et soupirs
D’une Lola sacrifiée au bûcher du désir.

7 commentaires:

joe blogue a dit…

Très évocateur, j'aime beaucoup: bravo! En particulier "Chevauchée irréelle, chair et ciel réunis"...

kris a dit…

Joli sans dessus sans dessous...
ça me fait penser à ça :

Pauvre Lola
by Serge Gainsbourg

Faut savoir s'étendre
Sans se répandre
Pauvre Lola
Faut savoir s'étendre
Sans se répandre
C'est délicat

Ne pas la surprendre
Pas l'entreprendre
Pauvre Lola
Ne pas la surprendre
Pas l'entreprendre
De but en bas

Il est des mots tendres
Qu'elle aime entendre
Tendre Lola
Oui quelques mots tendres
Devraient atten-
Drir Lolita

Ce que ça va rendre
Ça va dépendre
Pauvre Lola
Ce que ça va rendre
Ça va dépendre
Un peu de toi

On peut te prendre
Tu dois t'en rendre
Compte Lola
On peut pas te prendre
Jusqu'aux calendes
Grecques Lola

:)

Bridget a dit…

@Joe :
Un merci bien réel pour cet enthousiasme au ciel de mes mots :-)

@Kris :
Oui, le Grand Serge, celle-ci comme beaucoup d'autres me ravit. Merci d'avoir pris le temps de la poser ici !

Marie-Laure a dit…

Un désir joliment décrit... Très beau...

Bridget a dit…

@Marie-Laure :
Un peu en retard mais... touchée que cela te parle...

Mohamed El jerroudi a dit…

Texte écrit avec des mots simples et des phrases courtes, qui tombent en cascade…
Sans faire de bruit .L’automne. Une saison de méditation. Et le silence est là pour nous rappeler que la vie est l’instant ou l’éphémère .Et la vie continue…. !

Merci Nahalie pour ce moment de partage.

Ps : j’ai transféré ton commentaire que tu as mis sur Fb, sur mon blog , pour accéder
facilement au tien.

Amitiés

Mohamed

Bridget a dit…

@Mohamed :
Et vos yeux comme des tombeaux enrichis de l'éphémère qui vient y mourir, de l'instant qui s'y repose... Bien à toi Mohamed.