10 août 2018

Réactions en chaîne

Transpercée une fois de plus, je me vide
J’écoule l’indicible
Je vomis des chimères
Assailli par la douleur, mon corps capitule
Il rend les armes
S’écroule aux pieds de mes désillusions
Sursaut incontrôlé
Mon cri liquéfié devient tsunami
Il s’abat contre les parois élastiques de mes artères
Les déforme, les traverse
Seuil de tolérance dépassé
Un aller sans retour
S’endormir pour de bon
Rejoindre le néant
Pour ne plus suffoquer
Pour retrouver la paix
De là, voyager légère
Vers un ailleurs lunaire,
Des rivages désertiques
Croiser des ombres chinoises
Ne pas les reconnaître
Compter l’éternité
La mémoire effacée.

Aucun commentaire: