27 sept. 2011

[...]

J'aimerais trouver des mots légers, des mots sourires, des mots amis.
J'aimerais reprendre le ton qu'il faut, pour faire comme si, pour
donner le change, une fois de plus.
J'aimerais tellement la trouver belle, l'aimer un peu, l'apprivoiser,
cette vie qui cogne, qui éclabousse, qui désintègre.
Et je scrute ce monde, sens dessus-dessous, essoufflé, à genoux.
Il s'ébat, se débat, hurle de faim, crève de trop.
De folies en douleurs, d'asphyxies en maigreurs, d'inconsciences en
vanités, je le regarde tourner et se mordre la queue.
Il déraille, se fracasse et explose. Une erreur d'aiguillage, un
attentat silencieux...
Alors sous ma plume les mots s'habillent de plomb, le temps d'une idée
bleue posée à l'horizon de mes soirs endeuillés.

6 commentaires:

Cephee a dit…

un vertige !
comme une envie de taire sa vie ... je le connaissais ce 'malàlâme' ... ça naviguait ça chavirait ça cognait salement ...
c'est comme une saveur aigre-douce avec des petites graines de ses âmes {...}

kwarkito a dit…

Quelle belle écriture.... ces textes sont magnifiques

comment grossir a dit…

De très beaux textes.

N9oeuf a dit…

Woua ! je trouve ce texte magnifique et si proche de a pensée! Vraiment vous avez un reél talent, avez vous déjà publié ?
Amlicalement,

Bridget a dit…

Merci à tous de vos passages et de vos mots. Toujours très touchée de vous lire quand j'échoue par ici.

A bientôt !

Damien a dit…

Magnifique et subtile angoisse d'exister. Sublime !