1 oct. 2007

La poursuite du bonheur

Titre d’un livre conseillé par Benoît.

Etrange. Tellement vrai pour beaucoup d’entre nous.
Acheté ce week-end après une lueur dans un ciel souvent empli de nuages. Y croire encore et toujours. Jusqu’à hier encore.

Après avoir couru le plus souvent le long de la route les yeux bandés à la poursuite de ce fameux bonheur, j’ai l’impression d’avoir loupé un virage, pris des sens interdits, m’être engagée dans quelques impasses et finalement d’avoir perdu la boussole ce matin.

Quelques mots, beaucoup de désillusions. Un choc frontal avec moi-même.

Alors pause.

Ici et ailleurs. Pour combien de temps ? Pas la réponse.

Le temps qu’il faudra.

Pour retrouver l’envie, pour ne plus « écrire de bêtises », pour ne plus « confondre les mots »…

Pour retrouver la route, rebaliser le terrain, déchiffrer à nouveau les panneaux…

En attendant, juste un merci, à vous qui m’avez fait sourire, rêver, apprendre, m’interroger, m’attendrir, m’émouvoir souvent, pleurer même parfois aussi.

Benoît, Kiki, Mandor, Fishturn, Caillou, Marie, Elle, Lou, Denis, Katy, Koryfée, Well, Largo… liste non exhaustive…

Je vais garder vos histoires, vos planètes, vos images, vos regards, vos mystères à l’intérieur.

Nathalie.

16 commentaires:

Fishturn a dit…

J'étais absent la dernière fois. Mais tu sais ou me joindre...

groovyclochette a dit…

Je ne viens pas souvent. je viens voir tes mots, petits pieds nus virevoltants. Pause dis-tu. Pause de mots, comme si on pouvait. Pause de pensée tant que tu y es. Confondre les mots... T'en sens-tu capable ? Tromper les mots ! Rompez les mots ! Confondez-vous, quel beau bazar ! Tu les confonds, ils te complètent... Et tu dis pause. Voilà ma veine. Les mots te complètent, te reflètent, laisse-les te revenir doucement. Bon Dame pauseuse, attends-toi à ce que les mots t'attendent, où que tu te poses. Ils sont là dans ton ombre, posés. Ils te portent même. Les désillusions sont grandes pour nous les grands, mais on continue, car on sait bien qu'on va gagner, pleins de nos mots magnifiques. Garde ta sensibilité, préserve ta pudeur, à bientôt Bridget.

Benoit FAPM a dit…

fais une pause. Prends ton temps.
Les impasses que l'ont croit empreinter n'en sont pas forcément. Ce qui est faux aujourd'hui sera peut-être vrai demain.
Prends ton temps.
Respire.
Tu sais où me joindre.
Biz

4largo a dit…

Retrouver la route, oui.

Koryfée a dit…

ma chère Bridget,
Je suis toute émue de te lire... Pour le coup, j'aimerais vraiment être une fée, et d'un coup de baguette magique, t'ouvrir grand la voie du bonheur et de la sérénité, la baliser d'amour et de tendresse, de soleil et de chaleur.

Prends soin de toi.
Repose-toi bien.
Ne perds pas courage, le temps a un grand pouvoir pour amortir les peines.

Je pense très très fort à toi,
Vraiment.

Je t'embrasse

Kiki a dit…

C'était peut-être pas la bonne route mais ce détour nous a permis de te croiser et, ça, c'est chouette! Plein de pensées et à bientôt!

Laurent a dit…

Bridget aurait-elle pris la place de Nathalie, au point d'y substituer une parcelle de sa vision de la vie, la faussant ainsi ?

Et si Nathalie était vraiment et seulement elle, avec sa personnalité, en pensant pour et par elle, sans se soucier de Bridget ?
Un espoir ? :-)

Caillou a dit…

J'avais lu les derniers billets et je les avais trouvés plus durs, plus noirs. Malgré cette distance infinie qui sépare notre apparente et virtuelle proximité, tu fais partie du petit peuple de ma planète, je continuerai à te garder une place sur le radeau...;-) Je te souhaite bon vent sur les chemins que tu emprunteras. Il y a toujours des surprises, des rencontres. Imprévisible...

Lou a dit…

surtout merci à toi pour toutes ces émotions partagées :)
on se retrouve après le virage
on est tous jamais trop loin

denis_m a dit…

J'ai pas eu trop le temps de venir chez toi, garde le fight !!! Tu écris si bien, avec tant de sensibilité, poses toi, réfléchis, il faut être plus grand que ses problèmes, pour les dépasser, la vie est belle ! Bises.

Katy- a dit…

Je vais aller faire un tour au pied du phare des Perdrix et te lancer de bien belles pensées dans la lumière...

Bridget a dit…

@Tous :
Merci à vous qui êtes venus déposer vos mots ici durant cette escapade. Je vous retrouve avec plaisir et émotion et reviens sur la pointe des pieds.
Je n'ai pas perdu mon temps, je l'ai pris et l'ai laissé m'envahir pour mieux y regoûter...
A très bientôt donc et bises sincères à tous.

PS : Groovyclochette, maintenant que je sais qui tu es, je te lis différemment ;-) !

Mandor, président de la FAPM a dit…

Ce mot me parle... mais je le découvre sur le tard. Pardon, je ne suis pas un lecteur assidu (de personne, d'ailleurs) mais je finis toujours par revenir là ou c'est beau. Ici, par exemple...
Et j'ai comme l'impression que tu vas déjà mieux.
J'espère...

Bridget a dit…

@Mandor :
Tu n'es pas en retard, juste à temps au contraire... Et il y a tant à découvrir sur cette planète, comme je te comprends ! Merci de ton passage, très touchée !

elleva a dit…

Bridget, pieds nus ou chaussées de belles godasses toutes neuves, tu va réussir à l'attraper ce diablotin de bonheur qui s'amuse à nous frôler, à s'échapper, à s'absenter, à se camouffler. C'est bon de revenir chez toi, en passant par le pont suspendu au fil de la toile. Merci à toi pour ces mots en partage.

Bridget a dit…

@Elleva :
Bon de te revoir ici aussi ! J'espère que ton voyage aura tenu toutes ses promesses :-))... quant au bonheur oui, il va, il vient, il change de visage à chaque moment qui nous échappe, mais il n'est jamais loin et pointe le bout de son nez de temps à autres !