19 août 2011

Inter-section

C'était comme vous croiser, après tant de siècles passés sans
nouvelles.
Il suffit parfois d'un chemin hasardeux, celui que l'on emprunte sans
jamais deviner où il mène.
Une route sans panneau d'indication et aux réverbères éteints...
"Bonjour" aurait dit l'allumeur...
Seul un néon disloqué grésillait sur la façade d'un bar de quartier.
La pluie battait mes chevilles, mes os étaient trempés, la porte
entrouverte.
Derrière le comptoir, un serveur fatigué... dans un coin sombre
derrière le pilier de béton, des yeux qui me scrutaient.
Votre sourire finit de figer ce qu'il me restait à cet instant de
conscience.
Je fixai le croissant de lune accroché au coin de votre lèvre,
fascinée par l'éclat qu'il donnait à votre visage anguleux.
Je pense que j'ai fini par vous sourire à mon tour...
Cette fois, je ne pouvais plus m'enfuir, il fallait que je vous
affronte, que je plante mes yeux dans les vôtres et que je vous
demande enfin : où étiez-vous toutes ces années ? Ces années
passées à vous chercher, à vous imaginer, à vous deviner...

1 commentaire:

Damien a dit…

MA-GNI-FIQUE !! Touché !