13 juin 2014

Onde de choc

Il suffit parfois d'un presque rien, d'un mouvement imperceptible de l'univers, pour consumer tout ce que nous étions, ou croyions être, et devenir une entité nouvelle, un mutant ordinaire. Où vont les illusions, les douces certitudes quand un regard perdu trouble nos latitudes ? Décalé, à côté, sans repères, vibrer, dans l’ombre, le souffle court, le cœur ouvert. Retrouver la fréquence, l’onde mise en sommeil, fixer dans cet instant la lumière du réveil. 

Aucun commentaire: